Retour à la page principale
Vers la descendance d'André TAHIER

Le canon du navire : LE SOLEIL ROYAL.
De 2005 à 2009 ce canon a été emprunté, pour une exposition itinérante consacrée aux trésors d'épaves, exposition baptisée "La mer pour mémoire"
ce canon constitua la pièce maîtresse de cette présentation. Cette exposition c'est terminée à
Nantes (voir photo ci-dessous). Depuis le canon est retourné au Croisic.

(Photo du canon, durant cette exposition, Photo extraite du blog d'un restaurant de Guérande : "
Le Vieux Logis" ).

Ce Canon provient de la deuxième batterie du navire amiral de
Louis XV, "LE SOLEIL ROYAL",
échoué en face du
Croisic, en 1759, lors de la bataille navale des Cardinaux.
Il fut retrouvé en
1955 grâce à Jean QUILGARS
(qui de ce fait en a été déclaré l'"inventeur" et le "propriétaire virtuel").

D'après ses inscriptions, ce canon fut réalisé en
1670, à Toulon, par Jean BAUBÉ,
fondeur général de l'artillerie de la marine de France.
- Taille : 3,62 m
- Poids : 2,25 tonnes
- Calibre : 24.

Il y a sur son fut, en allant de la culasse vers la bouche du canon :

-
Une tête de faune massive qui forme le bouton de culasse, cette tête repose sur une naissance de torse entourée de pieds fourchus, avec tout autour, le texte suivant :
"FAICT PAR JEAN BAUBÉ FONDEUR GÉNÉRAL DE L'ARTILLERIE ET MARINE DE FRANCE A TOULON 1670".

- Au dessus de la culasse,
des rinceaux décorent une coquille percée d'un trou (La lumière) qui communiquant avec l’intérieur du fut, faisait office de mèche.
Pour tirer, il fallait donc charger le canon puis, remplir de poudre cette lumière et la coquille et enfin enflammer le tout...

-
Un médaillon ovale délimité par une guirlande de feuilles de chêne et de glands, le profil de Louis XIV , à l'antique, couronné de lauriers se détache en bas relief
encadré de l'inscription abrégée: "
LVD XIIII D GRATIAE FR ET NAV REX ". (Louis XIV, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre).

- Ce médaillon est surmonté de l'emblème personnel de
Louis XIV : Un soleil, où se lit la devise : "NEC PLURIBUS IMPAR" : "A nul autre pareil".

- Plus en avant, on trouve deux poignées en forme de
dauphin, les mêmes animaux réapparaissent en bas relief, un motif montre un dauphin entre deux L
(monogramme de
Louis XIV) le tout surmonté de deux couronnes fleuronnées de lys.

-
Ailleurs, accompagnant une ancre, deux dauphins encadrent cette inscription : "LE COMTE DE VERMANDOIS"*

-
Plus près encore de la bouche du canon : Parmi des fleurs de Lys, un ruban portant l'inscription : "RATIO ULTIMA REGUM" : "L'argument ultime du Roi..."

- Enfin, sous des têtes de méduses, la bouche est cerclée d'une frise de feuilles d'acanthe stylisée.



* (Le fils de Louis XIV et de Louise de La VALIERE, né en 1667, légitimé en 1670 et nommé à cette occasion amiral de France).