Vers la chronique Familiale des du SAUSSAY
Vers la descendance de Guibert FRAISSE
Vers la descendance d'André TAHIER
Vers l'arbre d'ascendance de Philippe FRAISSE



Fiche individuelle de Floxel du SAUSSAY (de GRÉVILLE)

Floxel du SAUSSAY (de GRÉVILLE) est né le 29 novembre 1681 à Flottemenville-Hague).
Il est le fils de
Louis du SAUSSAY sieur des croûtes et de Claude Magdeleine CANTEL [° 07.04.1651 ; + ?]
Fille de Floxel CANTEL, sieur Vaugréard et de Magdelaine COLA de BREVOLLES. Justificatifs : Voir les remarques** ci-dessous) …
Voir l'acte de baptême fait à Flottemanville : AD 50 ; Ref. 303 ED E1 E5 ( l'acte est dans E2)
Il a un frère :
Jacques qui sera abbé.

Floxel du SAUSSAY fut écuyer et sieur de la Prairie, il resta à Flottemanville jusqu'à son deuxième mariage : En 1743, à 62 ans,
il se remarie (sans doute après la mort de sa première femme) avec
Bonne Michelle Jacqueline LE BOURGEOIS.
Il vécu alors à
Gréville, où il fut, de part son mariage, «noble homme, seigneur de Gruchy».
Sa famille pris alors le nom de
du SAUSSAY de GREVILLE.

Remarque :
Floxel du SAUSSAY, d'après des extraits de la sociétés des antiquaires de Normandie, portait le blason des du SAUSSAY de Barneville :
Voir ces extraits.



Le 18 février 1721, à Teurthéville-Bocage, Floxel du SAUSSAY épouse Marie Anne du SAUSSAY
la fille de
Jean Jacques Gabriel du SAUSSAY, escuyer et de feue noble dame Jeanne TESSON de Gouberville. (Elle a 43 ans, il a 40 ans).
Voir l'acte :
AD 50 ; Ref. : Teurthéville-Bocage ; 5 MI 1867; (1701 ; 1725), page 63/64.
(Teurthéville-Bocage se situe juste à l'ouest de Quettehou : Voir carte et au sud-sud-ouest de Gouberville).

présents à ce mariage, entre autre : Deux d'OZOUVILLE, deux CANTEL [un Floxel (le père de la mariée) et un Henri]
figure aussi Jacques du SAUSSAY escuyer, curé de Noenville Hague : Le frère de Floxel.
Et une Marianne du SAUSSAY en plus de la mariée : Marie Anne Du SAUSSAY : La sœur de Floxel.

Remarque : Sur l'acte de mariage sa mère est bien dite « feue Jeanne TESSON »,
par contre son père est nommé : «Jean Jacques Gabriel, escuyer... »,
alors qu'à Gouberville, dans tous les actes le concernant il est nommé simplement « Jean, escuyer, sieur du dit lieu... »,
par ailleurs, sur l'acte de mariage, il devrait être dit « feu Jean» puisqu'à cette époque il est déjà décédé...


A ma connaissance, Il n'y a pas eu d'enfant pour ce couple.
La date et le lieu du décès de
Marie Anne du SAUSSEY ne me sont pas connus :
Sans doute Flottemanville et après 1725.

Le mardi 22 janvier 1743 à Gréville (50), Floxel du SAUSSAY épouse Bonne Michelle Jacqueline LE BOURGEOIS,
l'enfant légitime de Joachim LE BOURGEOIS et d'Anne Bonne Charlotte GIGAULT,
Voir l'acte. AD 50 ; Gréville-Hague. Ref. 5MI1072 ; 1743. (Floxel a 62 ans, Bonne Michelle Jacqueline en a 29).

À ma connaissance ce couple a eu trois enfants :
- Floxel Henry
* ° 1743
- Bonne Louise Françoise ° 1744
- Michel Pierre François ° 1746.


Floxel du SAUSSAY de GRÉVILLE meurt à Gréville, le 29 octobre 1749. à l'age de 68 ans.
Voir l'acte d'inhumation AD 50 Gréville-Hague.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Notes sur sa vie :
En 1711, à 30 ans, il eut un procès avec le sieur du MESNILDOT, puis sa veuve dame Adrienne DEMEURDRAC, héritière de Guillaume MEURDRAC ainsi que ses enfants
dont notamment
Joseph. Le procès fut fait pour la possession des droits honorifiques dans l'église de Flottemanville. L'avocat de Floxel du SAUSSEY fut Charles HUBERT,
celui des du MESNILDOT : VASTEL.

La famille
MEURDRAC, depuis longtemps bienfaitrice de l'église, disait avoir fait reconstruire entièrement cette église et en être ainsi devenue patron honoraire
et donc que le fils aîné de la veuve du sieur
du MESNILDOT : Joseph du MESNILDOT (22 ans en 1711) en avait les droits honorifiques,
Floxel du SAUSSAY plus âgé, réclama pour cette seule raison, les droits de préséance dans l'église.
(pour lui les
MEURDRAC, puis les du MESNILDOT avaient usurpé le titre de patron restaurateur, par des faux carreaux d’armoiries et un vitrail
qu'il tenta d'ailleurs avec son frère
Jacques de remplacer). Il perdit ce procès le 20 juillet 1713.
Après la perte de ce procès,
Jean MALVAUX prieur de Sceaux (qui était le seul vrai seigneur et patron de Flottemanville et à ce titre
le seul vrai possesseur des droits honorifiques de l'église), fit appel de ce jugement, pour faire rétablir ses droits.

Remarques :
En 1691,
un premier procès avait était fait et gagné par le prieur de sceaux contre le sieur de MEULDRAC.
Le jugement de ce procès interdisait au sieur de MEULDRAC de faire séance dans l'église de Flottemenville...

En 1711, Floxel du SAUSSAY, ainsi que les du MESNILDOT, ne possédaient aucun fief à Flottemanville,
(seulement des rotures,
ce qu'aucun des deux ne contesta lors de l'appel). Ils ne pouvaient donc prétendre à être ni seigneur ni patron de Flottemanville,
ni donc avoir les droits honorifiques qui sont attachés au seigneur, possédant à la fois le fief et le titre de patron.

Le prieur de Sceaux, Jean MALVAUX, fit donc appel du jugement du 20 juillet 1713, pour rétablir son droit et entre autre être reconnu comme
seul titulaire des droits honorifiques dans cette église.
(Il fit valoir que
Guillaume MULDERAC ne possédait aucun fief et avait fait une demande, auprès du prieur de seaux, de construction d'une chapelle pour y enterrer sa famille,
reconnaissant ainsi ne pas avoir droit au cœur de l'église)...(et que le chœur étant très grand, ce ne pouvait être pour des raisons de place que la demande avait été faite)

Que par ailleurs, il n'y eu jamais aucun papier prouvant une demande, ni une acceptation de reconstruction totale de l'église, ni un refus du sieur prieur de faire cette reconstruction,
(et que de plus qu'un tel refus aurait été incompréhensible de sa part). Qu'il n'y avait donc en fait
jamais eu de nomination de patron restaurateur ou honoraire,
puisque dans ce cas ces actes juridiques sont indispensables...
Pour finir, il ft valoir que les deux carreaux portant les armoiries des MEURDRAC, n'étaient que scellés dans la muraille du chœur et vu leur emplacement, ne prouvaient rien.
Cela d'autant plus que le mur le plus ancien (seul d'origine et donc non reconstruit) ne portait lui aucune armoiries.

Remarques:
Concernant les inhumations dans le cœur de l'église de Flottemanville :
Chez les
du SAUSSEY, seul le cœur de l'oncle de Floxel : Jacques (sieur ?) du VAL du SAUSSEY y fut enterré.
(
Soit avec l'accord du prieur de Sceaux, soit hors le cœur, puis inclus dans celui-ci lors de son agrandissement)
Enfin l'un des témoins du procès de 1711, parle de l’existence d'un abbé du SAUSSAY, frère de Floxel.
L'avocat de Floxel en parle aussi en donnant son prénom : Jacques.

Voir l'ensemble des actes de ce procès, aux
archives du parlement de Rouen (ou parlement de Normandie) : (557), (1680-1718) Référence : IB5635 :

- On peut y voir le premier jugement du 20 juillet 1713, gagné par les
DUMESNILDOT contre Floxel du SAUSSAY .
..(les DUMESNILDOT gagnent ce procès, mais en tant que Patron restaurateur de l’Église, ce que va, par la suite leur contester le prieur de sceaux)
- Pour voir la réponse faite par les
DUMESNILDOT, lors du procès en appel, (fait et perdu) par Floxel du SAUSSAY.


- Pour voir l'appel, contre la sentence du 20 juillet 1713, fait en 1716 par Jean de MALVAUX, contre Joseph DUMESLIDOT,
fils de dame Adrienne DEMEURDRAC, veuve DUMENILDOT
.
- Pour voir l'acceptation de cet appel en 1717, qui annule le jugement du 20 juillet 1713.
- Pour voir la transcription de la première réquisition de Jean de MALVAUX, faite en 1718, pour l'appel, contre les intimés du procès de 1713.


- Pour voir la réponse finale du 28 février 1718, faite pour cet appel, par Jean de MALVAUX
(Version imprimée qui résume bien l'ensemble de l'affaire).

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

** Remarques sur l'ascendance de Floxel du SAUSSAY :
Sur son acte de mariage il est dit être de
Flottemanville.
Sur celui de son fils
Floxel-Henry, il est dit être natif de Flottemanville-Hague .
Hélas pour l'instant les registres en ligne de Flottemanville-Hague :
"Collection de la mairie déposée aux archives départementales : 5 Mi
.... : 1640 - 1692, 1696, 1722-1727
ne sont pas accessibles... (j'ai donc été sur place les consulter et les photocopier)
J'ai aussi cherché à tout hasard à
Flottemanville-Le-Bocage, je n'y ai trouvé aucun acte du SAUSSAY...
(Mais il y manque les registres paroissiaux des années :
1671 ; 1674 ; 1676 ; 1682 ; 1688 et 1689 ).

Grâce
à l'arbre en ligne sur geneanet au nom de « Vlaure » qui donnait Louis du SAUSSAY comme père de Floxel
(renseignement trouvé dans la dispense pour le mariage de
Louise Bonne du SAUSSAY de GREVILLE avec Louis François d'OZONVILLE en 1788).
J'ai trouvé, à
Branville : AD 50 5 MI 1357 (1678;1812) p 76/131, cet arbre généalogique (hélas sans justificatif) (sans doute établi en brouillon, avant une succession...)
Depuis « Vlaure » m'a envoyé un lien vers ce site qui permet de visualiser cette dispense : http://www.e-hubert.com/bases50/dispenses-detail.php?id=4665
D’après l'arbre ci-dessus, et surtout,
grâce aux actes d'état civil que j'ai finalement retrouvés par la suite,
Floxel du SAUSSAY de Gréville est donc bien le fils de : Louis du SAUSSAY, écuyer, sieur des croutes et de Claude Magdeleine CANTEL,
leur acte de mariage m'a montré que : Louis était le fils (et l'héritier présomptif) de François du SAUSSAY, sieur de la Prairie.

Donc
François du SAUSSAY, écuyer, sieur de la prairie est le père de Louis du SAUSSAY, écuyer, sieur des crouttes
qui est lui même le père de
Floxel du SAUSSAY de GRÉVILLE, écuyer. Enfin ils sont tous les trois de Flottemanville-Hague...

Par ailleurs un acte de baptême à Flottemanville Hague, permet de faire l'hypothèse que
François du SAUSSAY serait le fils de Guillaume du SAUSSAY et Guyonne LE FORT.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Remarques sur les du SAUSSAY (ou du SAUSSEY ) :
En 1066, juste avant le débarquement en Angleterre, on retrouve
deux du SAUSSEY parmi les compagnons de Guillaume le Conquérant :
-
du SAUSSEY Osbern,
- et du SAUSSEY Raoul.

La famille des
du SAUSSAY de Barneville fait partie des du SAUSSEY de la CAMPAGNE qui descendent des compagnons de Guillaume Le Conquérant.
On trouve ainsi : du SAUSSAY Léobin ° ~1545 père de du SAUSSAY de Barneville René ° ~1586.

Barneville étant proche de Flottemanville il est possible que les du SAUSSAY de GREVILLE soient des descendants de ces
du SAUSSEY de BARNEVILLE, ou plutôt d'un de leurs cousins, reste à retrouver l'ascendance de ce François du SAUSSAY pour vérifier cette hypothèse...
(On peut observer aussi que le père de
Marie Anne du SAUSSAY : La première femme de Floxel du SAUSSAY ainsi que Floxel du SAUSSAY possèdent les mêmes armoiries que les du SAUSSEY de BARNEVILLE : Voir cela ici.)...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Notes sur Le Fief de GRUCHY**:

Ce fief était jusqu’à la guerre de Cent ans celui des de GRUCHY (ou GROUCHY).

Le 3 mai 1423 Colin DU BOSC, escuyer, marié à Jeanne de GRUCHY,
nommé sieur de GRUCHY dans un acte de fieffe d'héritage passé au profit de Germain CANOVILLE
par 40 sols 6 pains et 2 guelines de rente foncière. Le même faisait en 1452 donation aux prêtres de Gréville
du montant de la rente foncière due par Robert MOSQUERON auquel avait été fieffée une pièce de terre.

En 1664 Jean DUBOSC, écuyer, sieur de la CROUTTE (fils de feu Richard) et ses fils, Richard et Nicolas,
reconnaissaient la donation faite en 1452 par leurs lointains ancêtres et la confirmaient.
En 1668, Richard DUBOSC
faisait donation de la totalité de ses biens immobiliers à Louis ANDRE
tout en gardant l'usufruit. Après quoi les DUBOSC disparurent de Gréville.

En 1505, Robert de MANNEVILLE avait vendu le fief noble, terre et seigneurie de Gruchy
à
Rauld LE BOURGEOIS, escuyer. A partir de ce moment, ce fief fut transmis dans la famille Le BOURGEOIS.

Le 29 avril 1707
les nombreux descendants de Germain CANOVILLE amortissaient entre
les mains de
Joachim Le BOURGEOIS la rente provenant de la fieffe de 1423.
La transmission du domaine se fit jusqu’à
Joachim.

Joachim LE BOURGEOIS,
n'ayant eu que des filles, le fief passa donc à sa fille aînée
Bonne Michelle Jacqueline et le 22 janvier 1743, du fait du mariage de celle-ci, avec Floxel du SAUSSAY,
le fief devint alors celui de la famille du SAUSSAY.

** Les indications proviennent des tabllionnages de Vauville, le Hague-Dick, et Beaumont.
Peut-être y avait-il une petite extension de la seigneurie
d'Eculleville sur Gréville du côté de St-Nazaire .
SOCIETE D'ARCHEOLOGIE DE LA MANCHE-MELANGES-DIX-HUITIEME SERIE (1992)
Sur le plan de la géographie il est remarquable de constater que
la ferme dite fief de Gruchy est située
à la lisière Sud de la commune tandis que le hameau de Gruchy surplombe la falaise au Nord.
Ce hameau relevait sous l'Ancien régime soit du
fief de Saint-Nazaire soit du fief de Gréville.
Tandis que le
fief de Gruchy s'étendait de la Quiesce au hameau Sanson et le moulin seigneurial est
connu sous le nom de
moulin Esterlingot.