Retour à la page principale
Vers la descendance d'André TAHIER

Fiche individuelle d’Hippolyte DURAND
Photo

Hippolyte DURAND
est né le vendredi 14 août 1863, au 201 rue neuve, à Saint-Nazaire (44).
Il est l'enfant légitime de Joseph Hippolyte DURAND, docteur en Médecine, âgé de 36 ans,
et de Marie Aglaé TAHIER, âgée de 26 ans.

Durant ses études, il connu Maxime MAUFRA et Albert Edmond Laurent LEROY, (tout deux futurs peintres)
ainsi qu'Aristide BRIAND. C'est ainsi qu'en septembre 1884, Aristide BRIAND demanda à Hippolyte DURAND d'être son témoin pour un duel.
(qui n'eut finalement pas lieu) (Voir l'histoire extraite de la biographie d'aristide BRIAND par G ; SUAREZ, Tome 1.) Hippolyte a 21 ans.

Hippolyte sera, comme Aristide BRIAND, d'abord clerc de notaire puis journaliste. Hippolyte sera journaliste au "Courrier de Saint-Nazaire" et à
"la Démocratie de l'Ouest" puis, il sera à la fois poète, peintre et secrétaire de la société Nationale des Beaux Arts (au Champ de Mars).

En 1888 (
le 1er février), il publie dans "la Démocratie de l'Ouest" sa première poésie ; "FROID". Hippolyte a 25 ans.

La même année, Il fait également faire son portrait ainsi que celui de son père, par Albert Edmond Laurent LEROY (1860, 1939).
Hippolyte DURAND dédia le 20 février 1888 un sonnet à E. LEROY : «NOX» puis (sans doute plus tard), un rondel dédié à E. LEROY peintre.
Ce rondel, s'il est daté de 1897 ou d'après, semblerait indiquer qu'un portrait de la fille d'Hippolyte DURAND à pu être réalisé ou de celui de
la fille d'
E. LEROY si Hippolyte en a été le parrain ?: Cliquez là pour voir ces deux poèmes.

(Problème : Albert Edmond Laurent LEROY, est-il apparenté avec : Jules Élie DELAUNAY ?, peintre néo classique, né à Nantes, le 2 juin 1828,
paroisse Saint-Nicolas, qui était le camarade d'enfance de son père et qui l'introduira avant 1889, dans le milieu artistique parisien.
(En effet : Jules Élie DELAUNAY était le fils d’une Arsène LEROY et d’un Élie-Vincent DELAUNAY).

(Le portrait du père (qui à alors environ 61 ans) est en ma possession, c'est une huile sur toile, dimension (20 cm x 25cm), Signé en haut à droite : E. LEROY. 88.
avec au dos, sur la planche de bois où est encollé la toile, écrit à l’encre de chine le nom de sa femme : TAHIER).
Cliquez là, pour voir ce tableau, ainsi que d'autres œuvres de ce peintre.

En 1889,
il sera employé au ministère des Beaux Arts.
Il publiera aussi un sonnet : "La Bretagne", dans le "Parnasse breton contemporain ; p. 54". Hippolyte a 26 ans.

En 1890,
il sera Secrétaire de la société nationale des beaux-arts (du Champ de Mars). Hippolyte a 27 ans.

En 1891,
il fait l'acquisition d'une céramique de Paul GAUGUIN (Créée vers 1886, 1887) : Une gourde décorée de deux oies et de deux petites figurines
représentant un couple de bretons. Cette céramique est depuis le décès de sa fille, au musée des beaux-arts de Quimper. Hippolyte a 28 ans.
Cliquez là pour la voir, ainsi que l’article de Didier RYKNER, dont sont tirés les renseignements suivants.
Hippolyte DURAND a donc sans doute rencontré GAUGUIN en 1891, lors du salon de la société nationale des beaux-arts où GAUGUIN exposa quatre de ses sculptures.
Hippolyte aimait les céramiques et possédait de nombreuses pièces dues à CHAPLET, CARRIES ou DELAHERCHE. Il était aussi très lié à son camarade de lycée :
Le peintre Nantais : Maxime MAUFRA.(Ils étaient tous les deux membres de l’association des Bretons à Paris). Il est donc aussi possible que Paul GAUGUIN
et Hippolyte DURAND se soient connus par l’intermédiaire de Maxime MAUFRA qui connaissait bien GAUGUIN.

En 1892 (Le vendredi 17 juin) meurt son père, Joseph Hippolyte DURAND, à l'âge de 64 ans. Hippolyte a 28 ans.

En 1893, il fait faire son Portrait par Antonio de La GANDARA (1861 ; 1917). Hippolyte a 29 ans.
Le 24/03/1893 : Il appui, en tant que Secrétaire Général de la Société des Beaux Arts, la demande d'Edmond LEROY pour que l'état achète sa copie du tableau de DELACROIX :
"La liberté guidant le peuple", copie faite au musée du Louvre. La copie est de taille identique à l'original : 2,60m de haut sur 3,27m de large.
Voir la carte de visite d' d'Hippolyte DURAND-TAHIER trouvée dans le dossier d'achat de la copie de la liberté guidant le peuple, aux archives Nationales).
Le 14/04/1893 : Edmond LEROY est informé que sa copie du tableau de DELACROIX sera examinée par la Commission des Travaux d'Art lors de la prochaine réunion au Louvre.
Le 30/12/1893 : Le chef du bureau des travaux d'art certifie que "M. LEROY-DIONET a livré au conservateur du dépôt des ouvrages d'art appartenant à l’état une copie du tableau de
Delacroix : La liberté guidant le peuple (inscrit à l'inventaire sous le n°854) acquise par décision ministérielle du 28/12/1893 et qu'en conséquence cet artiste a droit au payement
de la somme de douze cents francs, prix alloué par la décision précitée".
En 1894, il sera chevalier de l'ordre de Wasa à la suite d'une démarche du groupe des exposants scandinaves au salon du champ de Mars.
Grâce a ses démarches la ville de Saint-Nazaire reçoit la copie du tableau DELACROIX , "la liberté guidant le peuple" :
Voir : L' extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la ville de Saint-Nazaire du 6 mars 1894 : "... Cette copie a été offerte par l’état à la ville de Saint-Nazaire en 1894
pour décorer la salle des délibérations du conseil municipal, grâce aux actives démarches auprès de l’administration des Beaux-Arts de M Hippolyte DURAND de Saint-Nazaire,
-secrétaire de la société des artistes libres- afin d’obtenir pour sa ville natale, la toile dont il s’agit". Hippolyte a 30 ans.

En 1895 (Le 8 février), il reçoit, en remerciement du recueil qu'il lui avait consacré, ce télégramme de PUVIS de CHAVANNES. Hippolyte a 31 ans.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En 1895 (Le vendredi 14 juin), il épouse JULLIETTE CODY. Il est alors âgé de 31 ans. Elle a 16 ans.
Ce couple aura deux enfants :
- Françoise ° 1897.
- Marie-Juliette + 31 juillet 1899 à l’âge de 5 mois.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En 1897 et en 1898, Hippolyte DURAND, expose sous le pseudonyme de Paul FROMENT des toiles qui ont été louées par Le Figaro et Le journal des arts :
Son "Coin de cour, rue de Vaugirard, la nuit", fut acheté par l'état et se trouve au musée du Havre.
Au salon du Champ de Mars du 24 avril 1897, il expose :
- "Un coin de jardin sous la neige"
- "La tour de l'Abbaye (Graville-Saint-Honorine).
- "Intérieur".

En 1899, toujours au salon du Champ de Mars, sont exposées, après sa mort, deux de ces toiles :
- Un coin de parc (Graville-Sainte-Honorine)
- Dans un pré (Graville-Sainte-Honorine).

Hippolyte DURAND
meurt le mardi 7 février 1899 à Paris (75), à l'âge de 35 ans, des suites d'une intervention chirurgicale.