Retour à la page principale
Vers la descendance de Guibert FRAISSE
Vers l'arbre d'ascendance de Philippe FRAISSE

Fiche individuelle d'Etienne BOTTU de la FERRANDIERE

Etienne BOTTU de La Ferrandière est né à Lyon en 1648.
Il est le fils légitime de Jean BOTTU et d' Anne BOURGEAT.

Il fut baptisé paroisse de St Nizier à Lyon, le 31 décembre 1648. **
. Archives municipales, en ligne, de Lyon : Paroisse de Saint Nizier : Baptêmes 01- 07- 1647 ; 31-07-1650
Vue 134 ; Ref. 1GG28 Voir l'acte de baptême

Il fut docteur en droit, avocat en parlement, à Lyon et comme son beau père :
conseiller au conseil de la grande La Grande Mademoiselle, souveraine de la Dombes,
et capitaine de la ville et château de Châtellerault,
il testa le 23 octobre 1677.

Le 22 juillet 1672, à Ainay il épouse Marie MARIVIN (ou de MARININ),
fille de Louis MARIVIN (ou de MARININ ou MARINIER), écuyer, seigneur de Londière et de la Ferrandière***,
et de Marquise SEVERT. (contrat de mariage reçu le 14)
Voir l'acte

- Marie Marquise * ° 17 décembre 1674.:
- Françoise,
- Joseph Ignace :Dans un acte du 29 mai 1717, Joseph Ignace BOTTU de la ferrandière est dit :
Bourgeois de Villefranche, fermier général du domaine de Grandmont-Beaujeu (qui appartient à Dom André d'AURELLE). dans cet acte,
Joseph Ignace passe un bail avec Philippe DUSCHESNE, pour un bois dépendant de Grandmont à Blacé. (Voir : Fond GAYET, notaire à Villefranche).

** l'ascendance d'Etienne BOTTU provient en très grande partie, du livre :
"Correspondance littéraire et anecdotique entre Monsieur de SAINT FONDS et le président DUGAS,
Membres de l'académie de Lyon 1711-1739
" que m'a fait découvrir monsieur Yves Le COQ
et dont il m'a envoyé les 4 pages suivantes : Page 1 ; Page 2 ; Page 3 ; Page 4. Qui m'ont servit pour établir cette ascendance.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
*** :
Voir :Ms PA 1-Ms PA 311 : Ms PA 1 à Ms PA 100 :
Manuscrits de la bibliothèque municipale de Lyon : Fonds du Palais des Arts
Delandine Ms 867
" Mémoires et négociations de M. le comte de BRASSAC, conseiller du Roy en ses Conseils,
ministre d'Estat et son ambassadeur à Rome, gouverneur de la Xaintonge et Engoumois et
de la Lorraine, surintendant de la défunte Reyne, mère de S. Maj. Louis XIII.
Seconde partie,
contenant tout ce qui s'est passé en Lorraine dans les années 1633, 1634, 1635.
Avec les armes et blazons de toute la noblesse de Lorraine, appellée l'ancienne chevalerie, le tout par :

M. de MARIVIN, escuyer, seigneur de Londière et de la Ferrandière, conseiller du Roy,
commissaire ordinaire de ses guerres, capitaine de la ville et du chasteau de Chastellerault,
conseiller au Conseil de l'Altesse de Mademoiselle souveraine de Dombes.
Manuscrit de sa main, qu'il a signé d'environ l'an 1656 "

Dates extrêmes

XVIIe siècle

Langue

latin

Description matérielle

Papier

III feuillets et 232-168 pages 290 × 198 mm

Couverture parchemin

Présentation du contenu

L'ouvrage est précédé d'une table des matières, d'une " Coppie des notes marginales à l'extrémité du papier qui pourraient se périr " (fol. II)
et d'une dédicace du sieur de MARIVIN " à
Monseigneur Camille de NEUFVILLE, conseiller du Roy en ses Conseils d'Estat et privé, comendeur de ses ordres, primat des Gaules,
archevesque et comte de Lion, lieutenant général pour S. Mté au gouvernement de Lionnois, Forest et Beaujolois " (fol. 1), et d'un " Advertissement " (fol. 4).

L' " Advertissement ", mis en tête de la seconde partie par M. de MARIVIN, porte que
les figures de blason (au nombre de 157 aujourd'hui ; Il y en avait 161 à l'origine,
et les numéros manquants 95, 96, 159 et 160 sont encore marqués en haut des feuillets) "
ont esté gravées par le sr CALLOT, personne illustre en sa profession, et qui a fait plusieurs ouvrages considérables,
le dernier desquels est celluy cy, qu'il n'eut pas plus tost achevé qu'il mourut à Nancy, où j'estois pour lors.
Quelques jours avant sa mort, ((le 24 mars 1635)) ajoute M. de MARIVIN, il m'avoit fait ce présent,
dont il n'avoit jamais tiré d'autre exemplaire. Après son decebs, sa veufve ayant refugié à la campagne toutes les planches,
croiant les mettre en sureté, à cause de la garnison françoise qui estoit entrée dans Nancy,
il se trouva au contraire que les Suédois, estans entrés en Loraine, firent brusler le lieu où estoient ces planches,
qui est la raison pour laquelle je me trouve la seule personne qui aye ces armes, mais l'on m'en a dérobé cinq ou six planches
que je trouve de manque, assavoir celles d'HARAUCOURT, de STAINVILLE, d'Ische, d'ANDERNY et deux ou trois autres que je ne trouve pas. "

Accès contrôlés


Nom de personne : BRASSAC (De)
Nom : Mémoires et négociations en Lorraine (1633-1635), rédigés par de Marivin

Accès contrôlés


Nom de personne : MARIVIN (De)
Nom : Armes et blasons de l'ancienne chevalerie de Lorraine

Accès contrôlés


Nom de famille : CALLOT
Nom : Armes gravées des familles nobles de Lorraine

Accès contrôlés


Mot-matière : Lorraine (Noblesse de)
Nom : Armoiries gravées par Callot

Accès contrôlés


Mot-matière : Peintures et miniatures